• Avenue Louise, 500 B1050 Bruxelles

En ita Sp

  • Contactez-nous

    info@inplobbying.com

Crise du coronavirus : La voie vers « L’Autrement » et le retour à l’Amour

  • Sophie Floreani
  • News
  • Read 224 times Last modified on Mercoledì, 15 Aprile 2020 12:35

 

Je n’ai pas écrit d’article sur le management et le changement depuis ma dernière production littéraire, Italienne Sang pour Sang, mon roman paru en septembre dernier.
La situation inédite que nous vivons m’incite à reprendre la plume.
J’ai l’audace de penser que nous sommes à l’avènement d’une nouvelle ère, déjà pressentie avec l’arrivée du Digital : plus que jamais nous devons remettre en cause nos modèles, sociétal et managérial. Notre survie passera par une évolution des mentalités et l’adhésion commune en des valeurs ancrées dans « l’Humain ».
Nous qui croyions tout maîtriser, nous voilà désemparés devant un ennemi incontrôlable, et face à deux épreuves.
1) L’introspection : Pris dans le tourbillon d’une existence souvent vécue en « pilote automatique », sans prise de recul, nous sommes forcés de réfléchir à notre vie et à l’essentiel. Nous devons affronter nos démons, nos choix et nos responsabilités. 2) L’adaptation : Il nous faut changer notre manière de vivre et notre façon de penser. Notre rythme est bouleversé. Nous avons davantage de temps. Nous travaillons à distance1. Nous recontactons des personnes oubliées. Nous pratiquons des activités nouvelles. Nous consacrons plus de temps à notre foyer.
Devant le traitement égalitaire morbide réservé par l’ennemi invisible, nous plions en nous confinant pour sauver nos vies.


Le virus tout puissant nous nargue en appuyant sur la fragilité de notre système : immunitaire, sociétal, économique, écologique.
Il force la solidarité. La seule manière de sauver notre humanité est de mettre son individualité au profit de l’autre. Le Pape Francesco lui-même a proclamé dans un discours du 27 mars : « Le coronavirus est comme une tempête et nous en réchapperons si nous redevenons des êtres humains ». Des mesures d’entraide sont prises par les dirigeants sur les plans sanitaires, économiques et financiers. Des initiatives individuelles émergent un peu partout dans le monde. A Naples, ma ville de cœur, naît le « panier solidaire », avec la devise « Qui peut met, qui ne peut pas prend », où les habitants achètent des denrées pour les plus pauvres. Par

1 Hors personnel soignant et tous nos concitoyens qui travaillent pour le bien commun, routiers, commerçants, livreurs, taxis, et les services publics (éboueurs, postiers, chauffeurs de bus …). Un grand Merci à eux.
opposition, les égoïsmes individuels ou nationaux se révèlent. Que dire d’une Italie laissée pour compte par l’Union Européenne ?
A quand le nouveau monde où la prise en considération de l’Humain rétablira les équilibres tout en assurant la réussite de la société ?
Un article publié par le World Economic Forum en 2016 affirmait déjà : « A l'ère des machines, un seul type d'organisation survivra : les organisations humaines ». Il expliquait que les « self-governing companies », les sociétés basées sur la confiance, le collaboratif et les valeurs communes fortes, avaient trois fois plus de chances d’atteindre des hauts niveaux de performance que leurs semblables. Je n’ai cessé de prêcher pour ce genre d’organisation au management innovant, qui valorisent les compétences individuelles au profit de l’intérêt collectif.
Il est temps de revoir nos modes de fonctionnement, en promouvant les mêmes valeurs : confiance, responsabilisation, respect, solidarité, équité. Autrement dit, revenons en Amour !
Qu’est ce que l’Amour, si ce n’est de s’occuper de l’autre, le valoriser, l’aider à s’élever et le protéger ? Allons-nous enfin entretenir une approche collective, dans la vie comme dans le domaine professionnel ?
Le confinement aura agi comme un révélateur de notre société. Ironie de l’interdiction de tout contact physique, la relation humaine s’impose comme l’un des besoins fondamentaux. Les réseaux sociaux et les différents outils digitaux prouvent que la technologie peut agir au service de l’Humain.
Une fois la pandémie maîtrisée, il nous faudra en tirer la leçon. Le confinement nous a préparés à agir autrement et à la pleine responsabilité de nos actes. Si nous voulons sauver notre société et la planète, et les faire progresser, nous devrons avoir le courage d’oser changer nos modèles en repartant de l’être humain. N’oublions jamais d’où nous venons et qui nous sommes.

Sophie Floreani, 31 mars 2020
Consultante et Ecrivaine Fondatrice et Présidente d’ARA & CO (l’Art de Réussir Autrement) http://ara-and-co.com/
Auteure du Roman Italienne Sang pour Sang, paru chez Books on Demand, Septembre 2019

 

Rate this item
(0 votes)